ImmobilierFête des voisins // Enquête Immonot - 34% des sondés se méfient de leurs voisins !




Fête des voisins // Enquête Immonot - 34% des sondés se méfient de leurs voisins !

 Les relations de voisinage : 34% des sondés se méfient de leurs voisins ! Enquête Immonot « Fête des voisins »


Ce vendredi 27 mai, la traditionnelle Fête des voisins réunira de nombreux propriétaires et locataires qui entretiennent des relations quotidiennes, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. A l’occasion de la 17ème édition de cet événement national, Immonot.com a mené l’enquête*…

Se croiser dans le hall de l’immeuble, prendre l’ascenseur ou même échanger quelques mots le long de la clôture de jardin, telles sont les relations de voisinage les plus communes. Pourtant, certains ont fait le choix de développer une réelle solidarité avec leurs voisins, tandis que d’autres préfèrent tout simplement les ignorer…

 


La Fête des voisins : une pratique qui se démocratise peu à peu

Cette initiative de l’association Immeubles en Fête lancée en 1999 fait de plus en plus d’adeptes : 46% des habitants conviés à une « Fête des voisins » comptent s’y rendre. Cependant, pour plus de la moitié des sondés (52,4%), aucune fête n’est organisée…


 

De l’entente à la méfiance, il n’y a parfois qu’un pas


42,4% des personnes interrogées entretiennent des relations cordiales avec leurs voisins, et 24% de très bonnes relations. L’heure est donc à la proximité et au développement du lien social. A contrario, seuls 14,1% avouent avoir des relations déplorables avec leur voisin. A la question « Faites-vous confiance à votre voisin ? », près des deux tiers ont répondu positivement, même s’il existe toujours des âmes suspicieuses : 34% des sondés se méfient en effet de leur voisin ! Dans certains cas, cette méfiance peut s’avérer légitime, puisque 9% des répondants reconnaissent avoir déjà espionné leur voisin.
Concernant l’environnement du domicile, la tendance est mitigée : 47% des sondés décrivent leur quartier comme chaleureux, quand 49% évoquent un quartier impersonnel. Une minorité (4,5%) qualifie même son environnement d’antipathique…
 


Quel est le voisin idéal ?


Le meilleur des voisins est discret (73,3%) et impliqué dans la vie du quartier (19,1%). A l’inverse, le voisin que tout le monde redoute est bruyant et malpoli. Les fêtards invétérés, les couples qui se déchirent de façon extravagante, les familles nombreuses avec leur progéniture bruyante, en effraient plus d’un.

Pour certains, l’échange est primordial : « un voisin ouvert avec lequel on peut partager, discuter, bricoler ». Pour d’autres, il s’agit avant tout d’avoir un voisin fiable et prêt à dépanner, « en qui on peut avoir confiance et avec qui on se rend service. » La création de lien social n’est cependant pas du goût de tous : « une personne que l'on salue et rien de plus. »

Pour ceux qui seraient ravis d’accueillir une célébrité comme voisin de palier, les people les plus plébiscités sont Sophie Marceau, Mimy Mathy et Adriana Karembeu. Un podium très féminin et au capital sympathie bien connu.
 


Quels sont les recours en cas de problème avec ses voisins ?
 

1 personne sur 2 du panel interrogé confie avoir déjà eu un différend avec son voisin. Que ce soit à la campagne ou en ville, dans un appartement ou une maison, en étant locataire ou propriétaire, la proximité avec ses voisins peut être source d’innombrables conflits. Avant de passer par la case tribunal, il existe différents recours possibles.

Consulter la mairie : prendre contact avec la mairie pour les alerter.  Le maire a l'obligation d'assurer la tranquillité publique des habitants, et peut ainsi prendre des arrêtés pour réglementer l'utilisation des barbecues ou les heures autorisées pour tondre.


En copropriété, prendre contact avec le syndic de l'immeuble. Quand le responsable de la nuisance est un locataire, il faudra s’adresser au bailleur pour qu'il fasse cesser le trouble. Une mise en demeure est d’ailleurs tout à fait possible.

 
Recourir à un médiateur professionnel. Il aura pour mission de rétablir le dialogue et trouver une solution amiable entre les deux voisins. Si rien n'est possible : direction le Tribunal...

 


* Ce sondage a été réalisé en avril 2016 auprès d’un échantillon de 426 personnes abonnées aux newsletters Immonot et à ses magazines.

Claire LENORMAND (OXYGEN)



A lire :