ImmobilierImmobilier : les Français connaissent-ils bien les frais d’acquisition ?




Immobilier : les Français connaissent-ils bien les frais d’acquisition ?

Comment acheter un bien immobilier sans se tromper ? Immonot.com a testé les connaissances des internautes en matière de frais d’acquisition*.

Dans l’ensemble, les 900 répondants du quiz s’en sortent plutôt bien : le taux de bonnes réponses est majoritaire pour trois des cinq questions. Le sujet le mieux maîtrisé concerne l’achat dans l’immobilier neuf : près de 83% des personnes interrogées savent que les frais d’acquisition sont plus faibles que dans l’ancien. Autre point notable : deux tiers des répondants sont informés que seule une partie des frais versés au notaire lui reviennent directement, contrairement à certaines idées reçues.

A l’inverse, les nouveaux honoraires de négociation de la profession notariale, suite à la loi Macron, sont encore méconnus du grand public : 58,26% pensent qu’ils sont toujours réglementés. L’achat de parts de SCPI (Société civile de placement immobilier) est également source d’incertitudes, car plus de la moitié du panel ignore qu’il n’y a pas de frais d’acte à payer.



1- Si j'achète dans le neuf, les frais d'acquisition sont moins élevés que dans l'ancien 


82,77 % ont répondu « vrai »
17,23 % ont répondu « faux »

Réponse : vrai 

Les frais d’acquisition des logements neufs, commercialisés en VEFA (Vente en l’état futur d’achèvement) s’avèrent bien plus avantageux que pour une transaction immobilière dans l’ancien. Ils représentent 2 à 3 % du prix d’acquisition du bien, au lieu de 7 à 8 % dans l’immobilier ancien.


2 - Lorsque je vends, je régularise des frais liés à la transaction 

39,96 % ont répondu « vrai »
60,04 % ont répondu « faux »

Réponse : faux

Le vendeur ne doit acquitter aucun frais résultant de la vente de son bien. Néanmoins, les biens immobiliers autres que la résidence principale demeurent soumis à l’impôt sur la plus-value. Rappelons qu’elle représente une imposition de 18 % - assortie d’abattements - jusqu’à 22 ans de détention, et des prélèvements sociaux de 16,50 % durant 30 ans.



3 - Lorsque j'achète avec mon notaire, les honoraires de négociation ne sont plus réglementés 

41,74 % ont répondu « vrai »
58,26 % ont répondu « faux »

Réponse : vrai 

Cette nouvelle disposition résulte de la loi Macron, qui vient notamment de revisiter les règles d’exercice des professions réglementées. Les notaires voient leurs tarifs quelque peu réformés. Les changements concernent les honoraires de négociation à régler au notaire, lorsque ce dernier se positionne en tant qu’intermédiaire immobilier. Auparavant équivalent à 5 % du prix du bien jusqu’à 45 735 € et à 2,5 % au-delà de cette tranche, les honoraires peuvent désormais être librement fixés par les notaires.


4 - Lorsque je signe chez le notaire, je règle des frais qui lui reviennent intégralement 

34,67 % ont répondu « vrai »
65,33 % ont répondu « faux »

Réponse : faux

Si les frais dits “de notaire” représentent un budget non négligeable lors de l’achat d’un bien (7 à 8 % du prix dans l’ancien), il faut savoir que le notaire ne perçoit qu’une faible part de cette somme. En effet, plus de 80 % des frais de notaire sont des taxes perçues par l’État et les collectivités locales. Ces frais d’acquisition comprennent :

- les impôts et les taxes versés au Trésor public ;
- les frais et débours représentant les sommes acquittées par le notaire pour le compte de son client ;
- la rémunération proprement dite du notaire, correspondant aux émoluments.



5 - Lorsque j'achète des parts de SCPI, je ne paie pas de frais d'acte


42,55% ont répondu « vrai »
57,45 % ont répondu « faux »

Réponse : vrai 

…mais il faut prévoir des frais de souscription, qui varient entre 5 et 15 % du prix d’émission de la part de SCPI. Ce placement, également appelé “pierre papier”, consiste à acheter des parts dans des immeubles, généralement de bureaux.

 ------------------

*Quiz réalisé sur le site web d’Immonot.com sur la période du 16 mai au 8 juin 2016 auprès d’un panel de 900 répondants.



A lire :